35 - Vive la Neustrie !

Avec le découpage de la France non en grandes préfectures mais en petits royaumes, et d'une taille sans équivalent dans notre tradition nationale, on ne remonte guère que de quinze siècles : lors du premier partage du royaume de Clovis, en 511, notre région échut ainsi à Childebert qui était« roi de Paris ».

511

Puis, au gré de partages successifs du territoire entre rois fainéants, trois royaumes étaient apparus qu'on appellait par les noms de leurs rois successifs, et que les historiens appelleront ensuite la Neustrie, l'Austrasie et la Bourgogne.

expansion des francs

Le mot de Neustrie apparaît dans les textes en 642. Il désigne alors un territoire un peu plus restreint, un peu plus occidental aussi, qui ne va pas forcément jusqu'à Reims.

Ainsi donc, sii vous faites une recherche sur Internet, vous aurez le sentiment que la Neustrie n'avait pas de frontières bien définies. En réalité les choses ont bougé de règne en règne (les territoires passent!).

Mais pour parler en "régions" actuelles, la Neustrie c'est au minimum les deux Normandie plus la Picardie. Avec, à certains moments une partie de la Champagne-Ardennes, et des Pays de la Loire. La taille d'un vrai petit pays, tout pour plaire à l'Union Européenne !

Pas de doute cependant : Sérifontaine était en Neustrie, et ce mot désigna notre pays jusqu’à ce qu’apparaisse la Normandie au début du 10ème siècle (lire billet 21).

La Neustrie ne disparut jamais tout à fait : auteurs et historiens employaient encore le nom, sous l'ancien régime, pour désigner selon les occasions, tout le quart nord-ouest de la France, ou simplement une Normandie un peu étendue…

1671

ainsi sur une carte de 1671 (en haut) ou dans un livre de 1743 (en bas)

1743

Pourquoi est-ce que je crois devoir évoquer la Neustrie? Pour voler au secours de MM. Gewerc et Mayer-Rossignol ? Pas vraiment.

Si je devais décider seul des choses (ce qu'à Dieu ne plaise) je réunifierais les Deux Vexins (comme le fit Philippe Auguste en 1204) et le Comté de Vexin tout entier serait réuni au domaine royal, c'est à dire à l'Ile de France. Le dernier à porter le titre de Comte du Vexin était un batard du Roi-Soleil, c'est dire si nous avons des raisons d'êtres fiers. Le roi est un peu mon cousin...Dans ce plan, les brayons seraient naturellement libres de faire ce qu'ils veulent de leur côté.

Mais cette solution, énergique et rationnelle, paraît un peu utopique, car on hésite déjà à détacher un département d'une région, je ne vois pas nos technocrates faire dans le détail et corriger certaines erreurs de 1789.

En tant qu'historien je ne trouve que deux provinces historiques possibles pour Sérifontaine : soit la Neustrie, soit la Belgique si nous nous souvenons que Beauvais est la capitales des Bellovaques, et que, continuant à considérer l'Epte comme infranchissable, nous retournons franchement deux mille ans en arrière au lieu de faire les choses aux 3/4 comme M. Hollande (dans ses meilleurs jours)..

La Belgique ne manque pas de charme, et puis elle a déjà un roi, cela permettrait de faire passer à la trappe à la fois la France, la République et M. Hollande. Nos amis (et souvent ancêtres) belges peuvent vivre un an sans ministère, c'est à leur honneur. Et il y a déjà tant de belges chez nous, que c'est une idée à considérer. Cependant mieux vaut abandonner cette piste aux Chtis, qui sont aussi nos amis, et les laisser se marier à leurs voisins wallons le jour venu, quand ils seront lassés de leur petite principauté socialiste du Nord-Pas-de-Calais.

Donc, par chauvinisme, voire par populisme, nous resterons français, et il est clair que tout nous conduit alors à préférer la solution "Normandie-Picardie", à faire le choix de la Neustrie, le seul dans les intérêts des habitants du Vexin, et qui devrait également satisfaire les brayons.

Puisque c’est au bord de l’Epte qu'est morte la Neustrie, en 911, il est légitime qu’elle ressuscite au bord de l’Epte. Normandie et Picardie enfin réunies. Si Monsieur Hollande ne sait pas quoi faire de la Champagne, pourquoi pas, et si les Pays de Loire sont orphelins, eux aussi peuvent voter leur retour à la Mère-Patrie d'avant Rollon.L'important pour nous est de réunir les deux rives de l'Epte, et d'abolir le honteux traité de Sainte-Clair-sur-Epte et sa ligne de démarcation.

Voici donc la carte que je propose. Le territoire de la Neustrie, notre nouvelle région bien-aimée, y figure avec son herbe grasse légendaire. En vert clair ont été figurées les régions voisines, dont les peuples pourront librement choisir d'adhérer à notre projet commun (un peu comme les Moldaves ou les Géorgiens vis à vis de l'Union Européenne), et également les îles de la Manche, Jersey et Guernesey, territoires neustriens actuellement sous souveraineté anglaise. La principauté socialiste du Nord a été figurée en rouge, largement ouverte sur la Wallonie. J'ai indiqué les bretons, pour préciser qu'ils n'appartiennent pas à la Neustrie, et ne me suis pas soucié du reste de la France parce que je n'ai pas l'ampleur de vue de M. Hollande.

la Neustrie et ses voisins.

Voici donc fixé le contour géographique d'un projet fort et fédérateur.

En tant que première commune de l’Oise à avoir osé inventer l’avenir en demandant son rattachement à une Communauté de Communes située de l’autre côté de l’Epte, il ne serait que trop juste que Sérifontaine soit considérée comme le berceau de cette nouvelle Neustrie.

On pourra donc, dès la proclamation de la résurrection de la Neustrie, organiser à Sérifontaine une cérémonie historique et patriotique :

  • l’ancien préfet Nicolas Desforges, invité d’honneur, expliquera que l’Epte n'a jamais été une frontière naturelle ( relire le billet 11) mais un axe structurant. Ça ne lui coûtera rien.
  • Madame Nadège Lefebvre redira que les territoires restent : en se présentant aux Européennes sur une circonscription allant du Cotentin à la Belgique, elle-même a déjà manifesté un fort sentiment neustrien ; elle ira au bout de celui-ci en nous laissant décider de notre avenir au bord de l'Epte et en fusionnant son intercommunalité avec d'autres plus brayonnes que nous.
  • Enfin Monsieur Thibaut hissera solennellement sur la Mairie de Sérifontaine (qui n’a jamais arboré le drapeau picard à ma connaissance) le tout nouveau drapeau de la Neustrie.

Comment cela tout nouveau ?

Rien d’ancien? Rien de noble ?

régiment de Neustrie Eh bien si, cela existe et il suffisait d’y penser : le Régiment de Neustrie constitué en 1776 (avec les 1er et 3ème bataillons du régiment de Normandie) avait un drapeau.

Si l’on se réfère en effet à la « Bible » en la matière, l’ouvrage de Gustave Desjardins Recherche sur les drapeaux français, on trouve sa description : écartelé 1 et 4 jaune, 2 et 3 rose, croix blanche.

Le drapeau de Neustrie a plusieurs mérites : il ne ressemble ni au drapeau normand, ni au drapeau picard, ni surtout à ce que sortirait une agence de com. Et accessoirement, il est gratuit…

Et puis, pour faire passer aux antimilitaristes l’usage d’un drapeau militaire, et aux anticléricaux la présence d’une croix, il a le charme bien rafraichissant de ses couleurs imprévues, anti-crise: un jaune lumière et un rose tendresse. C’est en somme le drapeau de la « Neustrie pour tous » !

le premier soldat de Neustrie Bien décidé à me batttre pour la Neustrie, et n'ayant pas les moyens de lever tout un régiment, j'ai fait armer mon premier soldat, en plomb.

L'artiste spécialisé a refusé d'employer le rose excessivement acidulé et pour ainsi dire chimique que l'on trouve sur un modèle en ligne. Vaste débat : qu'appelait-on "rose" jadis? Sans trop savoir, et à l'instinct (après tout, l'idée de reconstituer le régiment est de moi) j'ai choisi pour aller avec le jaune qui met du soleil au coeur la nuance de rose cerise...

Commentaires

1. Le mercredi, juin 11 2014, 10:46 par Jacques Agra

Bonjour

Humour pour humour, on peut remonter le temps, Beauvais venant de Bellovaci et elle-même faisant partie de la Belgae , vive donc la grande Belgique de la haute Normandie jusqu’au Nord et de fait annexons la Belgique actuelle et les Pays Bas pour faire une grande région européenne.  Dans les commentaires de César : « les Bellovaques qui sont les plus belliqueux des Gaulois », mais le sens du nom des Bellovaques reste inconnu ; il a été proposé à partir du latin bellum « la guerre » et vacuum « vide » avec l'idée : « ceux qui luttent en hurlant »,

L’idée de Neustrie me plait également.

Jacques Agra

__________________________

Sur le sens de la formule de César au sujet de mes ancêtres belges, voir belgae fortissimi . Un latiniste honnête traduira par "courageux".

JF

2. Le mercredi, juin 11 2014, 12:01 par Brigitte Cochet

Je vote pour la Neustrie !

3. Le mardi, juin 17 2014, 22:42 par Bruno Nardeux

Loin d'être un combat d'arrière garde mené pour justifier l'indéfendable, votre proposition nous rappelle combien il peut paraître imprudent de remanier les territoires sans un minimum de culture historique. 

Cette façon méprisante de considérer les spécialistes : historiens, géographes, sociologues, comme la volonté des populations de décider de son avenir, me paraît indigne d'une démocratie qui se veut moderne. 

La résurrection de la Neustrie a donc au moins le mérite de proposer une alternative un peu savante et amusante à l'invraisemblable projet de réunir la Picardie à la région Champagne-Ardennes. 

Bruno Nardeux

4. Le samedi, juin 21 2014, 12:28 par Lucie Rigault

La Neustrie avait encore une réalité politique certaine au temps des Jacques si l'on considère que la Jacquerie de 1358 s'est répandue comme une traînée de poudre en moins de 3 semaines (répression comprise) de la Brie à la Normandie et de Picardie au Valois. 

Rien qu'en souvenir de ces pauvres gens "chiens esragies" qui ont voulu "faire payer cher en quelques jours un arriéré de plusieurs siècles", je vote donc pour une Neustrie rebelle et pour une fois gagnante ! 

Mais, entre nous, celle que je préfère, c'est la République, une et indivisible !

LR

__________________________________________

Merci , moi aussi je vote d'abord pour l'Une et Indivisible , mais comme je l'ai suggéré dans le billet précédent elle est "trop grande" pour certains.

et j'assume jusqu'à mon prénom "Jacques" !

5. Le mardi, juin 24 2014, 08:02 par Jacques Favier

Une voix inattendue, celle du Comte de Paris.

Amusant d'entendre Monseigneur, un homme de quatre-vingt ans qui veut incarner à sa façon plus de mille ans d'Histoire, suggérer que ce découpage régional tient du retour au Moyen-Âge (ce que j'ai dit) et louer la construction de 1789 et de Napoléon.  

Le Prince considère, non sans raison, que les départements d'aujourd'hui sont un peu étriqués par rapport à la vie moderne. Mais les nouvelles régions lui apparaissent, comme à moi, faites pour disloquer la France. D'autant que le résultat ressemble dit-il, à ce que l'on fait en maternelle avec des ciseaux et des couleurs. Si on réfléchit un peu plus loin  on admet aisément, avec le Prince, que ces régions ont été faites pour la Promotion Voltaire

Enfin, puisque même les responsables socialistes demandent des référendums (on se souvient de leur participation au déni de celui de 2005) on complimentera le Prince de son appel à des référendums locaux

Demander l'avis des gens, conserver l'unité de la France en connaissant bien leurs particularismes, connaître la carte de France...  sans doute n'est-il pas indispensable de descendre de saint Louis pour cela, mais cet exemple royal pourrait inspirer nos roitelets locaux?

6. Le mardi, juillet 15 2014, 19:07 par Jacques Favier

Finalement donc, c'est l'option MALVENUE CHEZ LES CHTIS qui semble devoir être retenue. Ce que j'appelais "LA BELGIQUE". 

Il était difficile de faire plus bête que le premier plan de M. Hollande, avec ses XX régions et ses ajustements mafieux de dernière minute. Du coup, on en viendrait, comme M. Gewerc (qui souhaitait l'alliance normande) à se féliciter de cette alliance nordique. À condition de ne pas trop entendre les réticences de ces nouveaux fiancés.

Je reviendrai sur le sujet à la lumière de l'histoire quand les pensées du gouvernement seront un peu stabilisées. Après tout c'est ce que font le Maire de Sérifontaine, la présidente de la ComCom, le Conseiller Général et quelques autres bien taiseux.

Jacques Favier

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet