8 - Sur la route du Bray

Ceux qui ont garé leur voiture devant la Bibliothèque, pour parcourir sous un soleil splendide notre foire à tout annuelle, auront peut-être eu la surprise de découvrir un nouvel équipement : un panneau de plus! ! !

((/serifontaine/public/les_portes_du_bray2.JPG

Que peut bien être cette route des paysages, passant justement par ici pour aller vers un point de vue inconnu ( le canal et ses ordures? l'Eglise toujours fermée même en cette journée du Patrimoine?) et pourquoi ladite route commence-t-elle à Crillon, village charmant auquel aucun point de notre histoire ne nous unit? Pas un mot, les explications viendront bientôt, sur papier glacé. On prépare la population, jamais consultée, à son entrée dans la Communauté de Communes du Pays de Bray-Oise. Parce que l'Etat l'a décidé, et que la Municipalité ne sait qu'en différer l'inéluctable échéance en semblant faire monter d'inexistantes enchères.

Si le "plan com" commence, masquant le déficit démocratique de l'opération, c'est que la chose approche. A grand renfort de panneaux et de brochures, on va nous apprendre que nous étions brayons, même si, peu instruits que nous sommes, nous ne le savions point.

Ce qui est amusant c'est l'obstination de l'Administration. Aucune considération naturelle, aucune considération d'utilité administrative n'explique la circonscription donnée au canton du Coudray. On a méconnu, pour l'établir, les exigences toujours si importantes de la topographie, et les intérêts que, depuis des siècles, elle avait distingués et séparés Qui écrivait cela en 1841? Louis Graves, le Secrétaire Général de la Préfecture. Ses successeurs l'ont-ils seulement lu ? Parce que l'on s'est trompé sous le Consulat en rattachant Sérifontaine au Coudray, faut-il élargir l'erreur deux siècles plus tard, ou serait-il temps de la corriger?

Car Sérifontaine, inscrite ainsi - au détour d'une rue - à la porte du Bray aurait bien une attache naturelle, et tout le monde la connaît : c'est Gisors où chacun se rend régulièrement, et bien plus aisément qu'à la Chapelle-aux-Pots.

Gisors est dans un autre département? Soit. N'est-ce pas à Gisors que vont, automatiquement, les collégiens de Sérifontaine? Et quand les maisons brûlent, les pompiers ne viennent-ils pas de Gisors? Quand cela arrange l'Administration, la frontière de l'Epte n'est pas infranchissable.

Or une communauté de commune peut fort bien exister sur deux départements : et point n'est besoin pour le vérifier de courir jusqu'aux enclaves bigourdanes en Béarn, ou de citer la communauté de communes de Barcelonne-du-Gers qui est bien installée sur deux départements (et deux régions, comme chez nous) : beaucoup plus près de chez nous la Communauté de Communes du Pays Houdanais enjambe aussi depuis 2004 les frontières sur les confins de l'Eure-et-Loir et des Yvelines. La Communauté Gisors-Epte-Lévrière est à tous égards (par son histoire, son passé industriel, sa sociologie, les axes de communication) plus proche de Sérifontaine. Que les deux municipalités, partageant en principe les mêmes valeurs depuis des décennies, n'aient pu faire avancer la chose est incompréhensible.

PS du 14 octobre 2012.

J'attache l'article paru mercredi 10 dans l'Oise Hebdo, que je remercie de donner une chance, même mince, à un débat qui méritait au moins d'être exposé!

La CCPBO au Conseil Municipal oct 2012

PS du 27 octobre

J'attache l'article paru mercredi 24 dans l'Oise Hebdo, que je remercie de nouveau! Le débat finira bien par exister, fût-ce après la décision, et à tout prendre, mieux vaut trop tard que jamais! Je trouve normal que ceux qui aspirent à exercer des fonctions publiques fassent connaître, comme le fait Anthony Auger, leurs options et leurs raisons. Son analyse en terme de "bassin de vie" recoupe assez largement mon opinion. Tous les "Schémas de Cohérence Territoriaux" du monde ne remplaceront pas la route 915!

l'Oise Hedo du 24 octobre 2012

Commentaires

1. Le lundi, septembre 17 2012, 09:24 par Patrick Thibaut

Bonjour,

C'est avec une grande surprise que j'ai découvert ce panneau!  Je me suis demandé qui avait mis de l'argent (car rien n'est gratuit!) dans cette communication sans accompagnement. J'ai une petite idée car le GR25 débute devant l'église de Sérifontaine et finit à Saint-Valéry sur Somme, et il traverse tout le pays de Bray. 

Pour la Communauté de communes, votre  réflexion  est judicieuse : nous allons tous vers Gisors .
Mais personnellement je préfèrerais notre future association à la petite Communauté de communes de La-Chapelle-aux-Pots, plutôt qu'au monstre de Gisors et ses environs !!!

Patrick

C'est affaire de choix politique. Nous sommes au moins d'accord pour dire qu'il conviendrait d'en débattre publiquement...

JF

2. Le mercredi, septembre 19 2012, 22:14 par Anthony Auger

Bonjour à tous,

Je découvre également ce panneau. De mémoire, il me semble que son installation avait été évoquée rapidement en Conseil Municipal.
Effectivement, l’État a décidé que toute municipalité devait appartenir à une Communauté de Communes. Est-ce que la population en est informée ? Est-ce qu’elle sait que nous allons rejoindre celle du Pays de Bray-Oise?
Face à une telle situation, il va de soi que la consultation de la population est nécessaire. Un débat public aurait été un minimum. D’ailleurs, n'y a-t-il pas des candidats à la présidentielle et aux législatives qui ont organisé des Assemblées Citoyennes...peut-être bien le Front de Gauche :-)  C'est une initiative que nous allons reprendre. Ce genre d'assemblée est ouvert à toutes et à tous, quelle que soit leur couleur politique.

Est-ce bien étonnant ce manque de démocratie sur le choix de la Communauté de Communes ? Les Communautés de Communes (ou Com' de Com', comme il va falloir prendre l'habitude de les appeler) sont faites pour répondre à une organisation à l'échelle européenne. Or, s'il y a bien un lieu où l'on bafoue actuellement la démocratie, c'est bien au niveau de l'Europe. La preuve, nos gouvernants s'apprêtent une fois de plus à nous faire passer un "Traité Budgétaire Européen" qui va nous imposer l'austérité et la soumission à la finance, sans que nous soyons consultés. Pourquoi en serait-il autrement à l’échelon local ?

Mais revenons à Sérifontaine. Je suis également partisan d'un rattachement à Gisors : ce serait respecter notre bassin de vie que de faire ce choix. Un exemple tout simple, la Communauté de Communes du Pays de Bray s'apprête à ouvrir une crèche à Saint-Aubin-en-Bray. Combien de Sérifontainois feront le détour pour emmener leurs bambins jusque St-Aubin ?

Pour répondre maintenant à M. Thibaut, je ne vois pas Gisors comme un monstre. Au contraire, son développement et sa sociologie sont plus proches de nous que ne le sont ceux des communes du Pays-de-Bray. Puis, tout est relatif : Gisors peut paraître une grosse ville, mais elle reste une commune à taille humaine et en milieu rural. D'un point de vue politique, à choisir, j’aime autant rejoindre une ville qui défend ses emplois, plutôt qu’une communauté qui manque clairement d’ambition (jetez un œil au SCOT, Schéma de Cohérence Territoriale du Pays de Bray). Je fais notamment référence au soutien qu’apporte la municipalité de Gisors au maintien du site industriel Merck-Organon.

Par ailleurs, petit lapsus (révélateur ?), il ne s’agit pas de la Communauté de Communes de La Chapelle-aux-Pots mais celle du Pays de Bray- Oise. Ne soyez pas trop pressés de vous rapprocher de Mme. Nadège Lefebvre.

Pour le moment, on peut discuter du manque de démocratie sur le choix de l’adhésion à la Communauté de Communes, mais bientôt, nous allons découvrir la démocratie dans la gestion de la Communauté de Communes ! Si une réunion de Conseil Municipal peut paraître obscure, ce n’est pas avec l’opacité des Conseils Communautaires que nous allons éveiller l’implication citoyenne !

AA

Merci de ce long commentaire. Un début de débat, en somme!

Vous faites bien de suggérer la lecture du SCOT en question: les lecteurs curieux le trouveront à l'adresse http://cc-paysdebray.com/index.php/scot/

JF

3. Le dimanche, septembre 23 2012, 23:28 par Patrick Thibaut

Si j'ai utilisé le nom de La Chapelle-aux-Pots ce n'est pas un lapsus mais c'est pour faciliter la compréhension du centre dont nous allons être amenés à nous rapprocher.

Je pense que si nous dépendions de Gisors, notre association ne serait là que pour financer le développement du centre de la Communauté de Communes, Gisors! Mais si nous faisons partie d'une Communauté repartie de façon homogène sur le territoire, notre association aura forcement une repartition financière plus équitable.

Je ne rentrerai pas dans le débat politique .
Salutations à tous
Patrick Thibaut

4. Le lundi, septembre 24 2012, 12:29 par Jacques Favier

Je me réjouis vraiment de voir les échanges s'engager. Il ne faut d'ailleurs pas hésiter à aborder aussi les choses sous l'angle politique.

Cependant on voit bien qu'il y a deux aspects (tous deux importants) mais qui ne se recouvrent pas systématiquement: l'aspect financier d'une part, l'aspect politique (je n'ai pas dit politicien) d'autre part.

Combien acceptons-nous de payer? en échange de quel niveau de prestation? à quel échelon -commune ou communauté? Ce sont de bonnes questions : la crainte de servir de vache à lait n'est jamais infondée, dans le monde réel! Et les campagnes ne savent que trop bien qu'elles ont pour destin de nourrir les villes :)

Mais il y a aussi la question que moi j'appelle politique: avec qui partageons-nous un destin commun? Dans les mots concitoyen ou compatriote, comme dans compagnon, il y a bien la racine latine cum : ensemble.

5. Le mardi, septembre 25 2012, 00:54 par Olivier Vô-Tân

Bonsoir à tous,

Comme l'auteur de ce blog que je félicite à cette occasion pour cette excellente création, je salue l'amorce de débat et donc l'invitation à l'échange que cela suscite.
Tout comme lui, sans être apatride (quoique...) je ne suis pas "natif" de Sérifontaine et j'ai découvert, assez dubitatif, voire parfois effaré, des mots d'oiseaux et arguties parfois dérisoires qui peuvent être énoncés sous probablement l'empire de la colère, ou réaction à vif de Sérifontainois de souche, de quelque bords politiques qu'ils proviennent ou qu'ils se déclarent.
Les dernières municipales (avant les prochaines ?) en ont été une illustration parfois décourageante. Clochemerle n'est en effet pas toujours très loin...

Pour autant, tout n'est pas négatif, et de bonnes idées fusent de ci-de-là.

Natif de deux continents, de deux cultures, j'ai donc en outre choisi un "atterrissage" situé entre deux contrées (Picardie et Normandie), trois départements, et bientôt...deux "comcom" concurrentes (?)
C 'est dire si j'étais peut-être prédestiné à m'installer ici...
Faut-il donc que je statue en conséquence et tout à l’encan, c'est à dire reprendre l'adage normand, "p'tet ben qu'oui, p'tet ben qu'non?" sans prendre partie dans ce débat ?

Loin de moi cette idée, bien au contraire..
J'entends les arguments des uns et des autres, valable chacun pour leur part, mais, néophyte quant aux références mentionnées, j'attends beaucoup du (des) débats futurs sur le sujet.
Quant au déficit de démocratie et de communication sur la question, l'on est bien tous d'accord, y compris sur Sérifontaine, où c'est vrai qu'il aurait pu être fait un minimum sur cet avenir radieux qui nous est promis...

Encore un millefeuille empli d’affidés et d'obligés grassement rémunérés, en sus des départements, régions, préfectures, comcom (con-cons ?), sénateurs, et autres joyeusetés ?
Je sais, je sais, la démocratie à un prix, mais à force d'empiler les structures l'on va friser l'indigestion...
...et le prix, ce seront les taxes locales, départementales et régionales, d'enfler de belles manières ...?

Donc pour ce qui me concerne, j'ai l'heur d'avoir pu rencontrer et sympathiser tant avec MM. Patrick Thibaut qu'Antony Auger. Je rencontre aussi le Maire à l'occasion des réunions dites citoyennes, dédiées à l’annonce des travaux importants. Pour ce qui vous concerne, sans avoir fait connaissance, je lis avec avidité votre blog M. Favier, et serais heureux de pouvoir la faire, en compagnie des personnes pré-citées, pour un débat (pas combat...) citoyen et constructif.

Sans être d'un œcuménisme à tout crin, chacun pouvant avoir et conserver ses idées et convictions, je pense qu'à notre échelle, il est possible aux hommes de bonne volonté , si ce n'est de s'entendre toujours, d'au moins d'essayer de se parler. Et donc d'apprendre à se connaître - voire de s'apprécier - au delà des clichés et caricatures et pourquoi pas, pouvoir fédérer les efforts sur tel ou tel projet. Les forces vives n'étant pas si nombreuses, et les tâches si.

La seule contrainte pour moi sine qua non, étant l'intégrité absolue et le combat du népotisme, et donc la défense des intérêts de l'ensemble de la communauté humaine.
Je pense que là-dessus, tout le monde sera d'accord pour s'y retrouver, et pas que dans les mots !

Je sais, je peux apparaître d'une ingénuité crasse, ou apparaitre parfait et doux euphorique , gentillet rêveur ...Mais bon, pourquoi pas essayer ? Le rêve est le début de l'action.

A très bientôt d'avoir le plaisir de vous lire, ou entendre ou rencontrer
Très cordialement,
OV

6. Le mardi, septembre 25 2012, 07:59 par Bouffart Bernard

J'apprécie également ces échanges qui s'inscrivent dans la démocratie participative à laquelle je tenais tant, qui faisait partie de notre programme électoral et dont je regrette que certains d'entre nous l'ait oubliée.

Pour le sujet traité j'avais écris un commentaire juste aprés celui de Patrick Thibaut mais sans doute dû à une mauvaise manipulation de ma part, il a été effacé.

Moi aussi j'opte pour notre rattachement à la C.C. du Pays de Bray.

7. Le mardi, septembre 25 2012, 13:25 par Patrick Thibaut

Bonjour à tous,

Si aujourd'hui nous rentrons dans une Communauté de communes sans concertation, c'est uniquement à cause du manque de volonté de la Mairie, qui reçoit depuis plus de 10 ans des demandes de la Préfecture de rentrer dans une Com-Com mais, et qui a toujours refuser d'y réfléchir!

Parce qu'elle préférait garder la manne de Tréfimetaux pour sa Mairie.
Patrick Thibaut

8. Le mercredi, septembre 26 2012, 07:41 par Bernard Bouffart

Bonjour !

Pour répondre à M. Thibaut et sans polémique, je pense que la politique menée par l'ancien Maire, BernardLeduc, était la bonne concernant le village des irréductibles sérifontainois .

 Je ne suis pas certain que le rattachement obligatoire à une Communauté de communes nous apporte autre chose que des augmentations d'impôts . Par ailleurs d'autres communes que la nôtre ( 9 au total ) avaient fait ce choix, et probablement pas pour les mêmes raisons que nous : Ory la ville, La Chapelle en Serval, Plailly , Mortefontaine, Lachelle, Catenoy, Bury et Mouy.

Notre ancien gouvernement a peut-être conduit ces réformes dans la précipitation et surtout sans concertation lui aussi !

9. Le jeudi, octobre 4 2012, 11:30 par Isabelle Auger

Bonjour,
Tout comme M. Bouffart, je pense que c'était une bonne chose de ne pas être en Communauté de communes. D'ailleurs, quand on écoute les élus de certaines communes de la com de com, ils enviaient notre statut. Maintenant nous n'avons plus le choix et c'est bien dommage.


Même s'il est vrai que nous allons entrer par la petite porte, car nous n'avons plus les mêmes moyens que du temps de Tréfimétaux, nous n'arrivons pas les mains vides : halle des sports, bibliothèque, accueil péri-scolaire, le bus, salle des fêtes ... il va falloir apprendre à partager et surtout à négocier pour faire notre place dans ce noyau de 22 communes !!!!

Concrètement, il me paraitrait plus simple d'être dans une com de com autour de Gisors que dans celle du pays de Bray.
Un exemple pour 2012 : chaque année la commune de Sérifontaine participe au festival contes (action du Conseil Général de l'Oise mise en place par la médiathèque départementale), et cette soirée remportait un vif succès puisque qu'il y avait souvent entre 70 et 85 personnes. Maintenant c'est une soirée par secteur de com de com. Pour 2012 c'est à Hodenc-en-Bray. Malheureusement, je ne pense pas que les Sérifontainois vont se déplacer jusqu'à Hodenc pour ce spectacle.
Mais c'est où Hodenc-en-Bray ?

Et le problème sera le même pour toutes les actions existantes (Fête du sport, relais d'assistantes maternelles... ) ou pour toutes les politiques sociales et économiques qui peuvent être envisagées. Portage de repas à domicile, entente entre les associations sportives et culturelles, politique du logement, les transports...quelques exemples et il y en a bien d'autres, qu' il me parait plus facile de mettre en place avec la com de com de Gisors-Epte-Lévrière qu'avec la Communauté de communes du pays de Bray.

IA

Il y a manifestement des Sérifontainois adeptes des deux choix possibles (voire du troisième : rester seuls!). Je ne suis pas forcément très comptétent pour me déterminer, mais mon instinct démocratique me guiderait vers une solution: un référendum local.

JF

10. Le dimanche, octobre 14 2012, 23:00 par Patrick Thibaut

Bonjour à tous,

Sur la politique de Mr Leduc, Je dirai juste qu’il me semblait que les valeurs de gauche étaient celle du partage !
Aujourd’hui quand je regarde notre canton, je vois que nous sommes dans un recoin dû à la politique conservatrice de notre ville. Voyez les villages de Puiseux, Flavacourt ou Saint Pierre-ès-Champ : ils disposent de routes adaptées au trafic d’aujourd’hui. Nous, sur la route Serifontaine–le Coudray  la voie date de 1960, pour croiser un camion, il faut s’arrêter !!!
Si nous allons vers Gisors cet état persistera au détriment des personnes qui vont travailler à Beauvais !
Bien-sûr, Hodenc est loin, mais Authevernes ou Gerny ?
Si nous allons vers le pays de Bray, ne soyons pas pessimistes. Vous disiez Mme Auger « nous n’arrivons pas les mains vides », mais en plus nous serons la plus grosse ville de la Com-Com ! Donc, essayons plutôt de nous projeter dans un futur où nous serons un élément moteur !

Patrick Thibaut
(NB c’est moi sur le toboggan, sur la photo de la maternelle de 1967 !)

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet