Sérifontaine, un patrimoine commun

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Identité de Sérifontaine

Fil des billets - Fil des commentaires

dimanche 1 septembre 2019

69 - Une grande famille

Je viens de faire l'acquisition de deux photos datant pour la plus ancienne de plus de 100 ans, et dont un lointain héritier a préféré se défaire. Je pense tout au contraire qu'elles peuvent aujourd'hui intéresser tout le monde. Au-delà de l'intérêt généalogique qui doit concerner une très nombreuse descendance, elles témoignent d'un passé qui reste proche proche : il s'agit des grands parents des anciens d'aujourd'hui. Mais ce passé est déjà lointain par les moeurs, les costumes et bien sûr ce que transpire qu'un tout petit peu : les mentalités.

Voici donc un mariage chez nous, au début du siècle dernier. (cliquez dessus pour grandir, surtout si vous pensez pouvoir identifier tel ou tel visage)

Le mariage d'Irénée Carbonnier et d'Eugénie Dumont

Lire la suite...

dimanche 14 octobre 2018

64- Au bord de l'eau

cahier 78-79Magnifique exposition à Amécourt les 13 et 14 ocotbre, avec des tableaux, des photos anciennes et aussi un conférence de présentation érudite, par Jérôme Vrel, de son ouvrage sur les Moulins du bord de l'Epte publié par la SHGBE dans son numéro double 78-79.

L'occasion aussi de visiter une ferme magnifiquement restaurée au fil du temps, avec son moulin datant de l'époque post-révolutionnaire, quand après l'abolition du privilège des moulins des seigneurs a permis a presque tous les riverains d'installer ces petits moulins qui, durant un siècle et demi environ, allaient donner sa vocation à notre rivière.

Lire la suite...

mercredi 22 août 2018

62 - Cérès, tradition locale ou légende savante ?

Il y a un sujet que je n'ai jusqu'ici jamais abordé, malgré quelques sollicitations : celui du nom de notre Commune. Il y a une explication qui revient souvent, et qui plait à bien des anciens sérifontainois : la fontaine de Cérès.

Deux lecteurs de ce blogs m'ont récemment communiqué de quoi examiner un peu cette piste, en essayant de ne pas trop m'égarer sur les autres hypothèses, car pour dire le vrai il y en a tant que cela me ferait déborder le cadre d'un billet sur ce blog.

D'abord la carte de l'élection de Gisors (consultable ici) contenue dans le magnifique Atlas de la généralité de Rouen datant de 1683 et dû au Sieur de La Motte, un des échevins de la ville de Harfleur. Elle fait spécifiquement mention non seulement de cette antique déesse, mais des restes d'un temple qui lui aurait été dédié !

l'Atlas de 1683

Lire la suite...

samedi 23 juin 2018

61 - le blason de Sérifontaine

Sérifontaine, qui existe depuis les débuts de l’histoire de France, n’avait pourtant pas de « blason ». En janvier 2015, j'avais déjà soulevé le sujet sur mon blog, expliqué les raisons de cette absence, et fait une suggestion, imparfaite d'ailleurs. Sans grand succès. Mais en janvier 2018 Julien Holderbaum, un jeune sérifontainois de fraiche date mais lecteur de mon blog, a écrit au Maire pour proposer lui aussi de créer un blason. Le Maire de Sérifontaine nous a chargés de faire une proposition au Conseil Municipal, ce que nous avons en juin, au cours d'une séance où notre projet a été accepté, et est donc devenu le blason officiel de notre commune.

Lire la suite...

vendredi 3 novembre 2017

58 - Mourir à Sérifontaine

lamort à SérifontaineDepuis que l’on vit à Sérifontaine, on y meurt aussi. La mort procure à l'historien un gisement presqu'inépuisable de précieux renseignements mais elle procurait aussi, jadis, une source d’activité économique !

Ce sont bien les morts, seuls, qui nous apprennent que le site de Sérifontaine fut peuplé depuis la préhistoire : dans les premières années du 20ème siècle, des tombes néolithiques ont été découvertes près de l’ancien four à chaux. Le fermier de Champignolles, M. Foubert, contribua aux découvertes, qui attirèrent l'attention des paléontologues et préhistoriens sur le site.

notre plus ancienne tombe ?

Lire la suite...

samedi 22 juillet 2017

57 - Une course cycliste

Je publie la seconde partie du film venant de Victor Musnier. C'est moi qui ai, en réalité, séparé les deux séquences. Compte tenu des petits drapeaux tricolores ornant les maisons, il me semble très probable que cette seconde séquence ait été tournée le même jour, et que la course cycliste que nous pouvons voir huit décennies plus tard se soit déroulée dans l'après-midi du 14 juillet 1936, ou peu après.

Ce film me donne aussi l'occasion de parler d'une invention qui a radicalement changé la vie de nos anciens : la petite reine !

Lire la suite...

dimanche 18 juin 2017

56 - Sérifontaine, 14 juillet 1936

Le document que je publie ici est passionnant : un film datant de plus de 80 ans, montrant un jour de fête à Sérifontaine durant la période (assez courte) où Victor Musnier (1884-1957) fut maire de notre commune.

Je remercie M. Marc Ferri, ancien commissaire-priseur, qui conservait ce témoignage du temps de son grand-père, et tous ceux qui ont aidé à me le transmettre puis ... à le mettre en forme numérique convenable pour une mise en ligne!

Lire la suite...

vendredi 24 février 2017

52 - Le cheval (et sa petite famille)

le cheval à SérifontaineJe publie ici, pour mes lecteurs ne résidant pas à Sérifontaine, une version un peu enrichie de la page du Bulletin Municipal que j'ai consacrée à l'évocation du cheval dans notre commune.

Lire la suite...

dimanche 3 janvier 2016

47 - L'Epte, entre nature et industrie

J’ai déjà beaucoup écrit sur l’Epte, une frontière pas si naturelle mais persistante, et qui nous vaut aujourd'hui d'être dans la région de Lille et non dans celle de Rouen.

Au moment où la Municipalité envisage de traiter le problème du site de Saint-Victor j'ai pensé qu'il était bon de rappeler que l'Epte est d'abord notre rivière. Une rivière dont des cartes postales datant d'il y a un siècle rappellent qu'elle fut jadis bucolique même à Sérifontaine et même si les interventions humaines sur son cours sont anciennes parce que cette rivière qu'un poète médiéval qualifiait d'utile a souvent été porteuse de projets et d'identité pour notre commune.

Ce billet doit évidemment beaucoup aux savants travaux de Monsieur Jérôme Vrel, dont on peu voir par ailleurs la récente conférence sur Amécourt et Talmontiers, villages au bord de l'Epte.

paysage

Lire la suite...

lundi 11 août 2014

37 - Du temps des "rouges" : autour de Pierre-Eugène Boyer

Un grand merci à Ghislain Canchon, natif de Sérifontaine, qui ayant eu connaissance de ce blog a eu la gentillesse de me contacter et m'a prêté cette photo prise à l'occasion d'un repas sur une table de la cantine de l'usine Saint-Victor (à l'époque Compagnie Française des Métaux) .

du temps de Pierre Eugène Boyer

De gauche à droite et grâce à l'aide de plusieurs sérifontainois il est possible d'identifier : MM. Léopold Lebrun, Huet (on m'a aussi désigné M. Dumouchel, mais cela ne semble pas être lui d'après la majorité des personnes interrogées), Roger Canchon, Bellon, Pierre Eugène Boyer, puis MM. Sancernie, A. Boulet, E. Hérault ( là aussi une unique personne m'a aussi désigné M. Bertin) et enfin un personnage flou au premier plan en qui on a reconnu J. Even.

Lire la suite...

dimanche 13 avril 2014

31 - Du côté des enfants, des pauvres et des orphelins

Un caractère émouvant de l’histoire de Sérifontaine est d'avoir servi de lieu d’accueil à des centaines de petits orphelins que créaient la guerre et la misère, mais aussi à leur mères. Il ne laisse plus guère de traces, sauf dans les souvenirs d’une petite poignée de nos anciens, qui avouent encore avoir été des « enfants de la Générale » et dans quelques cartes postales anciennes où l’on voit, notamment devant l’hôtel de la Grâce de Dieu, une ribambelle d’enfants assez grossièrement habillés.

à la Grâce de Dieu

Lire la suite...

dimanche 15 septembre 2013

23 - Une nuit à Sérifontaine

Lorsque la Municipalité prit l'initiative de célébrer le centenaire de Madame Reymond, parmi les souvenirs évoqués il en est un qui m'a particulièremetn frappé : son époux et elle avaient découvert Sérifontaine en venant y passer d'abord des fins de semaine au Relais fleuri.

Ainsi donc, non seulement la doyenne des Sérifontainois était une étrangère, qui avait comme moi-même conçu d'abord cette cité industrieuse comme havre de paix, mais il y avait des hôtels où l'on venait passer le week-end ! Et en face d'une usine qui à l'époque n'était pas un cimetière... Pourquoi donc venait-on ou s'arrêtait-on à Sérifontaine?

Lire la suite...

mardi 2 juillet 2013

20 - A quoi ressemblera Sérifontaine dans dix ans?

J'ai fait partie de ceux qui ont fortement réagi lorsque l'image de Sérifontaine a été utilisée par un reportage télévisé pour illustrer (avec d'ailleurs certaines images tournées à Gisors!) une démonstration politique malhonnête. Je n'y reviens pas. Mais celui qui aurait regardé le même reportage en coupant le son, qu'aurait-il perçu des simples images? Carreaux cassés, rues vides... une sorte de Moldavie à vingt lieues de Paris.

des rues vides

Lire la suite...

lundi 4 février 2013

16- le Vexin, terre d'entreprises

On lit toujours avec plaisir la Voix du Vexin. Ce bulletin de liaison de ceux qui partagent la Foi chrétienne est aussi largement ouvert sur la vie concrète des hommes et il présente régulièrement des sujets intéressants sur le Vexin, ce pays dont on veut nous couper mais que nous traversons à chaque voyage vers Paris.

Ce mois-ci il faut tout particulièrement remercier les rédacteurs, qui attirent notre attention sur une initiative très bienvenue de l'Association Le Pétillon. Nombre d'entre vous connaissent déjà sans doute leurs réalisations, mais je crois d'en faire d'abord une brève présentation en renvoyant pour le reste au site internet du Pétillon et à l'article de la Voix du Vexin

Lire la suite...

vendredi 3 août 2012

4- Elle allait avoir 100 ans, la petite Vierge nous a quittés

C’est apparemment dans la nuit du samedi 28 juillet que la statue de la Vierge exposée dans une petit oratoire à l’entrée du bourg a été volée. Ceux qui se souviennent de cette statue voudront peut-être lui porter une pensée, la dernière probablement, en lisant son histoire.

Durant la première guerre mondiale, l’Abbé Montreuil (qui fut notre curé de 1908 à sa mort en 1948) avait été mobilisé en qualité d'infirmier. Venu en permission, il eut l’idée d’appeler ses paroissiens à se placer sous la protection de Marie sous le vocable de Notre Dame de Toute Aide. On fit le vœu, si Sérifontaine était épargnée, d’organiser chaque année en juillet une procession.

Sérifontaine fut fidèle au vœu. Notre-Dame de Toute Aide eut sa statue de plâtre, sur l’origine de laquelle je ne sais rien. Sans doute l’abbé se la procura-t-il rue Saint-Sulpice à Paris ou dans un magasin spécialisé. Elle n’offre en tout cas aucun trait particulier et le voleur de cette Vierge découvrira qu’elle n’était chère … qu’aux souvenirs des Sérifontainois.

Lire la suite...