Sérifontaine, un patrimoine commun

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Curiosités, érudition

Fil des billets - Fil des commentaires

mercredi 2 octobre 2019

70 - Un méchant curé

Sérifontaine avait connu, depuis 1782, un curé exceptionnel à tous égards : François Jérosme, qui fut aussi, à tour de rôle ou en même temps Maire (de 1799 à 1812) et instituteur, inocula la vaccine (en 1810) et mourut en bienfaiteur en léguant à la Commune le terrain où l'on construisit plus tard l'école de filles, demandant seulement en échange des messes que naturellement on s'empressa d'oublier.

Avec son successeur, Guillaume-Amable Bellanger, nommé en 1829, on allait tomber de haut. Qui se souvient de lui ? Personne sûrement, sauf moi, sans doute, parce que j'ai l'œil à tout ! Il a laissé pourtant ses initiales gravées dans le bois. Il a aussi laissé bien davantage de traces comme plaideur procédurier que comme pasteur des âmes.

initiales GB

Lire la suite...

lundi 8 janvier 2018

60 - Miracles ?

J'ai déjà évoqué ici sur ce que George Sand décrit comme « ces générations obscures qui passent sur la terre et n’y laissent point de traces ». Pour retrouver la trace de l'un de ces modestes destins, au bout de deux ou trois générations, il faut un fait divers, un vol, un crime ou ... un miracle !

Curieusement, si on m'a déjà interrogé sur des souterrains, des fantômes, des OVNI, des histoires de filiations inavouées et dont je n'entends pas m'occuper, aucun de mes lecteurs ne m'a jamais interrogé sur le point de savoir s'il y avait eu miracle chez nous.

le premier recueil de la Muze historiquePour retrouver la chose, il faut lire les gazettes de jadis. La Muse historique est une gazette écrite en vers, et fondée par un certain Jean Loret au commencement du règne de Louis XIV, durant la période agitée et révolutionnaire de la Fronde.

Pendant 15 ans, de 1650 à 1665, tous les faits remarquables, politiques, littéraires, tous les bruits de ville, toutes les nouvelles étrangères qui ont occupé les esprits ont laissé une trace grâce à ce Jean Loret. Et tout le monde (y compris le jeune roi) lisait sa Gazette.

Lire la suite...

mercredi 6 décembre 2017

59 - Johnny et nous

Au moment où disparait un géant de la culture populaire française, je veux rappeler une journée mémorable, dont j'ignore même la date !

Johnny

Lire la suite...

jeudi 13 avril 2017

53 - Pissarro, regards étrangers au bord de l'Epte

"Oui, nous sommes décidés pour Éragny-sur-Epte ; la maison est superbe et pas chère : mille francs, avec jardin et prés. C'est à deux heures de Paris, j'ai trouvé le pays autrement beau que Compiègne ; cependant il pleuvait encore ce jour-là à verse, mais voilà le printemps qui commence, les prairies sont vertes, les silhouettes fines."

C'est ainsi qu'au début de 1884, Camille Pissarro rapporte à un de ses fils son choix de s'installer à Eragny, dans la grosse maison dont il fera finalement l'acquisition en 1892 grâce à un prêt de son ami Claude Monet et qu'il ne quittera plus guère jusqu'à sa mort. Des mots simples qui peuvent émouvoir tous ceux qui, comme le peintre, ont un jour quitté la région parisienne pour s'installer dans une petite région superbe et pas chère.

Installation réussie: Je ne suis heureux que lorsque je suis à Eragny écrit-il au même fils deux ans plus tard.

Au-delà de ces mots, les centaines de tableaux et d'aquarelles que Pissarro va peindre sans jamais sortir d'un espace fort limité et centré sur son jardin sont pour nous passionnants à plus d'un titre.

S'il y a vraiment une excursion à offrir ce printemps aux habitants de nos bords de l'Epte et aux habitués de la 915, les plus jeunes comme les plus âgés, c'est d'aller revoir ce même paysage au Musée du Luxembourg à Paris.

une visite au Petit Luxembourg

Lire la suite...

dimanche 6 novembre 2016

50 - Il y a bien longtemps de cela, les Gaulois

Un propos démagogique récent voudrait que, si nous voulons être français, nos ancêtres devraient être gaulois.

On ne fait pas plus maladroit que l’usage polémique d’une vieille rengaine. La formule de l'historien Ernest Lavisse (1842-1922) n'en demandait pas tant :

LavisseIl y a dans le passé le plus lointain une poésie qu'il faut verser dans les jeunes âmes pour y fortifier le sentiment patriotique. Faisons-leur aimer nos ancêtres les Gaulois et les forêts des druides (...) tous nos héros du passé, même enveloppés de légendes car c'est un malheur que nos légendes s'oublient. Un pays comme la France ne peut vivre sans poésie.

Lire la suite...

dimanche 14 février 2016

48 - La Vigne, un paysage disparu de Sérifontaine

L'une des premières choses que l'on lit, en arrivant par la route à Sérifontaine, est qu'il y a un « Quartier de la Vigne ». Pourtant nous sommes plutôt en pays de cidre, et depuis assez longtemps pour que la vigne ait totalement disparu de notre paysage. Mais ce quartier tient bien son nom d’une ancienne vigne locale, située comme on le voit sur la carte d'état major.

le fond de la vigne

Mais deux autres vignes ont dû exister jadis. On trouve ainsi sur le cadastre la vigne Laverine sur les pentes ensoleillées du fond de Marchanval. Une troisième semble avoir existé à l’entrée de Droittecourt en face de l’ancien débit de boisson !

Il y eut donc jadis du "vin de Sérifontaine" couvrant les usages locaux, messe et tables de fêtes.

Lire la suite...

samedi 28 novembre 2015

46 - Une maison de "parisien" ?

Tous les Sérifontainois ou presque la connaissent bien, la "maison du docteur", qui fut longtemps celle du docteur Claude Valet. Ne dit-on pas qu'il a accouché près de 600 habitants entre 1947 et 1984 ? J'ai évoqué cette figure marquante de notre histoire récente dans mon article "médecins et pharmaciens de Sérifontaine" sur le Bulletin Municipal de novembre 2015.

la maison du docteurIci, je voudrais parler de sa maison, au 53 de la rue Pierre-Eugène Boyer, l'une des plus belles sans doute, une maison bourgeoise comme on en trouve davantage à Gisons que chez nous. Qui l'a faite construire? Qu'a-t-elle de particulier ?

Depuis longtemps, un détail m'intriguait. Je l'avais signalé sur la page nos maisons : les initiales sur les grilles. Faites pour être "lues" depuis la maison et non depuis la rue, elles mêlent un E et un V.

Lire la suite...

samedi 10 octobre 2015

45 - Conférence de Jérôme Vrel

Une excellente initiative, la mise en ligne de la conférence de Jérôme Vrel lors des dernières journées du Patrimoine. Jee pense qu'elle intéressera les lecteurs de mon blog, et je la mets donc en ligne, en renouvelant mes remerciements à Jérôme Vrel pour l'aide qu'il ne m'a jamais comptée !

samedi 26 septembre 2015

44 - 1789, le voyage à Chaumont

J'ai profité des "Journées du Patrimoine" de dimanche dernier pour faire un petit voyage jusqu'à Chaumont, en pensant aux hommes de 1789. J'ignorais alors que 1789 allait faire l'objet, dans la même semaine, d'un jugement à l'emporte-pièce à la fois stupide et stupéfiant. Cela vaut le détour.

Il y a deux sortes d'imbéciles en matière d'Histoire de France. Ceux qui considèrent qu'elle s'arrête en 89, et ceux qui pensent qu'elle commence cette année-là. Raison de plus pour revenir tranquillement au destin de notre petit bourg, et se demander ce qu'y furent les débuts de la Révolution.

Sous l'ancien régime, la paroisse de Sérifontaine relevait du bailliage de Chaumont, institution dont le souvenir se maintient dans le nom de la belle maison du bailliage au pied de l'église Saint-Jean.

la maison du bailliage vers 1900

Les événements du début de la révolution française sont pour ainsi dire les derniers pour lesquels notre histoire soit liée à l'antique Vexin avant que la révolution nous rattache au Coudray puis à Beauvais.

Lire la suite...

samedi 7 mars 2015

39 - L'inventaire du château

Dans un guide touristique de 1857 on pouvait lire : Céréfontaine a un château splendide au dehors, mais actuellement d'une nudité déplorable à l'intérieur.

avant destruction

Lire la suite...

samedi 29 mars 2014

30 - Champignolles : moines, bourgeois, laboureurs et... maires

Qui compta, dès l'aube de la Révolution, parmi les premiers élus de notre commune ? Le fermier de Champignolles !

Depuis André Famin en 1789 jusqu'à Patrick Thibaut aujourd'hui, existerait-il un fil ténu mais tendu à travers toute notre histoire qui fut tellement industrielle qu'on en aurait oublié ceux qui n'étaient ni meuniers, ni lamineurs, ni ouvriers? Au commencement, il y eut les moines, au moulin de Saint-Victor autant qu'à la ferme de Champignolles. De là partent deux histoires...

Lire la suite...

dimanche 9 février 2014

29 - Fortune et misère : Jehannette, Jehanne et le Roi

Le récit ( billet précédent) par un chroniqueur castillan de la vie luxueuse et raffinée que l'on menait à Sérifontaine du temps de Renaud de Trie et de la jeune et belle Jeanne de Bellengues peut donner le sentiment d'être enjolivé. On va revenir à ce temps glorieux de notre commune, mais par un chemin plus terre à terre, en nous intéressant au geste malheureux d'une povre jeune femme cousturière de linge employée de la jeune Dame de Sérifontaine.

povre jeune femme

Lire la suite...

jeudi 26 décembre 2013

28 - La plus belle dame qui fut alors en France

Il y a un pays où Sérifontaine fut un mythe littéraire, le cadre princier d’une incroyable histoire d’amour entre un aventurier et la plus belle femme de France. Vous n’en croyez rien ?

La Bibliothèque de Madrid conserve le manuscrit d’un célèbre récit chevaleresque, le Victorial, chronique de la vie de Don Pero Niño composée par son porte-étendard alors que son héros avait déjà dépassé la cinquantaine.

le manuscrit de Madrid

Lire la suite...

lundi 4 novembre 2013

26 - Pour cent briques

Pour cent briques t’as plus rien !

Les cent millions (d’anciens francs) évoqués dans le titre du film d’Edouard Molinaro en1982 sont devenus 152.400 euros. Pour ce prix des parisiens venus plus souvent des lointaines couronnes de notre capitale que de son île Saint-Louis, peuvent acquérir dans l’Oise une petite maison. Si cette maison est ancienne, souvent elle est construite en briques.

Dans l’étude commandée par le Conseil Général sur les différents malaises éprouvés par une grande partie de la population, je lis cette phrase d’une habitante de Crèvecœur : ici la campagne n’a aucun attrait avec la brique. Tout paraît pauvre et délabré, il n’y a pas d’arbres et les champs sont plats. Ça pue. Etc

Lire la suite...

jeudi 5 septembre 2013

22 - La ferme du Seigneur de Sérifontaine, avant la Révolution

Toutes les traces écrites de notre passé ne sont pas conservées dans les dépôts d’archives, et de nombreux documents passent de main en main, au gré des successions, des pertes ou des trouvailles. On pouvait trouver des petits bouts de la mémoire de Sérifontaine en vente, il y a peu de temps encore chez les libraires spécialistes de vieux papiers. Ainsi les Archives de l’Oise ont-elles pu acquérir en 2010 un ensemble d’environ 240 pièces manuscrites, du 16ème au 18ème concernant la famille de Flavacourt. J’ai consulté ce carton à Beauvais : on y trouve pêle-mêle des comptes et des mémoires de travaux, la quittance d’un cercueil d’une de nos « dames » morte en 1718 ou bien une facture pour la réparation du moulin de Saint Victor...

Internet devient un marché autrement plus vaste que ne l’était celui des marchands de vieux papiers, et récemment c’est moi qui ai pu acquérir une pièce étonnante : le bail datant de 1751 par lequel le Marquis de Flavacourt donne en fermage rien de moins que la ferme du château de Sérifontaine. C’est un jeune professeur d’histoire originaire de Franche-Comté et exilé dans un lycée de Picardie, Monsieur Arnaud Dochtermann qui m’a révélé l’existence de ce document que j’ai décidé de mettre en ligne, non parce qu’il est entré dans ma collection mais par ce qu’il me paraît particulièrement intéressant.

couverture page 1
télécharger les douze pages du bail

Lire la suite...

lundi 26 août 2013

21 - En l'an 918 Sérifontaine est-elle entrée dans l'histoire comme monnaie d'échange?

Pour me faire pardonner mes escapades dans l'actualité, j'ai consacré une partie de mes vacances à remonter plus loin que d'habitude dans le passé : au temps des Vikings !

On cite souvent la charte du 14 mai 918 dont il va être question comme la première mention historique de Sérifontaine (depuis la Géographie de l'Oise par Badin en 1847 ou le Dictionnaire de Toponymie de Lambert en 1963 et jusqu'au chartiste Marcel Baudot, Inspecteur Général des Archives de France en 1983) . Ceci avec de très nombreuses conséquences, tant pour l'histoire de notre commune que pour la signification de son nom, sujet que je n'aborderai toujours pas ici.

Lire la suite...

vendredi 15 mars 2013

18 - Le Pape, Sérifontaine et sa Demoiselle

Le Pape à Sérifontaine ? On sait qu'en 1119 le pape (français) Calixte II se rendit à Gisors pour tenter de régler un différent entre les rois de France et d'Angleterre. Mais on n'a aucune trace que ses pas le portèrent chez nous.

Pourtant on trouve bien plus tard une (fort discrète !) intervention pontificale dans l'histoire de Sérifontaine. C'est un tout petit détail, et je l'ai trouvé dans un endroit tout à fait imprévisible : dans L'Histoire de ma Vie de George Sand (1804-1876).

le livre

Lire la suite...

dimanche 3 mars 2013

17 -A la recherche d'une étrange statue

Il y eut jadis, à Sérifontaine, une statue présentant les attributs des deux sexes : on disait un Hermaphrodite en un temps où la culture se nourrissait encore des grands récits mythologiques. Hermaphrodite avait en effet hérité son nom de ses deux parents, Hermès et Aphrodite; mais quant à leurs deux beautés qu'il unissait en un seul corps, il semble qu'il les ait dues non à la génétique mais à une sombre vengeance d'une nymphe dont il aurait niaisement repoussé les avances.

En 1608 on découvrit à Rome un Hermaphrodite de marbre datant sans doute du deuxième siècle de notre ère. Acquise par le cardinal Borghèse, l'oeuvre qui fascina immédiatement toute l'Europe en garda le nom. Ce cardinal lui fit en 1620 sculpter un lit de marbre par le Bernin. En 1807 la statue fut cédée par le prince Borghèse, époux de Pauline Bonaparte, à son impérial beau-frère, qui l'installa au Louvre.

l'Hermaphrodite Borghese au Louvre

Lire la suite...

mardi 8 janvier 2013

14- Une étape royale

Avec les voeux s'échangent de petits présents. J'en ai reçu un que je souhaite partager avec tous ici. Mon ami Bruno Nardeux, professeur d'histoire dans un lycée parisien et grand connaisseur de Lyons-la-Forêt et des parages normands entre Lyons et Sérifontaine, vient de trouver et de me communiquer la trace de ce qui est non seulement l'une des rares, mais peut-être la première visite royale dans notre petite ville.

Un recueil établi par le chartiste Michel Nortier indiquait en effet que le roi Jean II le Bon s'était arrêté à Sérifontaine le 8 janvier 1353. Trouvant ceci au hasard de ses propres recherches, Bruno Nardeux s'est rendu pour nous à la Bibliothèque Nationale, rue Richelieu, et a retrouvé et photographié l'acte en question.

Lire la suite...

samedi 18 août 2012

5- Nos "Grognards"

L’Eclaireur a consacré un bel article (cliquez sur l’annexe) à l’un des nos amis et à sa passion des figurines militaires napoléoniennes : Bernard Bouffart, un grognard de plomb .

Aujourd’hui, il n’est pas forcément bien vu d’aimer Napoléon : il faut se justifier sur des questions que l’on ne se posait pas quand Bernard Bouffart ou moi étions gamins. Parmi les lecteurs de ce blog, il y en a sûrement que le culte de l’homme au petit chapeau indiffère ou révulse. Sur Napoléon on a peut-être écrit un livre par jour depuis sa naissance, mais cela n’empêche point ceux qui ne lisent guère de dire des bêtises ou de proférer des jugements anachroniques et désinvoltes.

J’ai mon opinion, forgée par des lectures nombreuses. J’avoue que le dieu de la guerre m’impressionne moins que le politique profond qui disait « Je ne gouverne pas parce que je suis un général, mais parce que la Nation croit que j'ai les qualités civiles nécessaires pour gouverner ». Mais il y a quelque chose de généreux à aimer la gloire d’antan, et quelque chose de pingre et de coincé qui m’inquiète chez ceux qui pinaillent cette gloire. Plus profondément (car je sais bien que certains vont extrapoler mes dires) j’ai observé qu’à son époque l’immense majorité de ceux qui ont détesté l’empereur étaient viscéralement hostiles à l’égalité civile, à la souveraineté nationale, aux acquis et aux principes de la Révolution. Napoléon jardinier

Lire la suite...