Sérifontaine, un patrimoine commun

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

vendredi 5 juillet 2019

67 - The Hordley Crew

This post in English on my blog is an exception, to pay my tribute to the Hordley Crew. 75 years after their sacrifice, I translated what I had previously published in French, and some more.

It was a few weeks before I submitted the manuscript of my book, towards the end of 2010. I had the feeling that one thing was missing : a photo that would allow me to pay a tribute to the young British guys who fell down on Champ-Mauger's farm in July 1944. If their influence on the history of Sérifontaine is obviously small, they remain as part of our memory. Once a year, the British and Canadian (for Hugh Burgess) flags and National Anthem are part of the ceremony to commemorate their sacrifice.

la stèle

Lire la suite...

dimanche 27 janvier 2019

66 -Un Musée de l'automobile à Sérifontaine

Dimanche 27 janvier 2019, Sérifontaine a inauguré avec émotion le petit Musée rêvé par Frédéric Queffeulou (23 janvier 1963-22 août 2018) qui a choisi de faire don à la Commune de son impressionnante collection de modèles réduits. Celle-ci est maintenant installée dans l’ancienne « maison du Directeur » de l’usine Saint-Victor.

inauguration du Musée

affichetteLa passion pour les petites voitures n’est pas une chose exceptionnelle.

Il y a dans toute cave ou dans tout grenier quelques Dinky toys que nous n'avons jamais voulu jeter, serrées avec des petits soldats et des Barbie...

Frédéric Queffeulou en 1969Mais Frédéric Queffeulou a poursuivi, avec une belle constance, cette passion qui anime tant d'enfants, et il a réussi à réunir quelques 6000 pièces, pour certaines indispensables à toute anthologie, pour d'autres de vraies raretés. Seul, sans fortune et sans revenus importants, il a dû pour cela s'introduire dans les milieux les plus variés (collectionneurs, journalistes spécialisés) et même se faire entrepreneur : certaines raretés présentes à Sérifontaine ont été réalisées sur ses instructions au bout du monde, pour quelques amateurs. Il y a, grâce à lui, à Sérifontaine des modèles que le visiteur ne verra nulle part ailleurs.

Nul doute que son leg contribuera à la culture de notre commune et perpétuera sa mémoire. C'est son épouse Anita qui tiendra le musée, de façon bénévole, avec une ouverture gratuite le premier samedi de chaque mois et sur rendez-vous pour les groupes scolaires dont on espère qu'ils seront nombreux et apporteront de la joie dans ces murs.

Lire la suite...

vendredi 2 novembre 2018

65- Après la guerre

début de listeLe monument aux morts fait mémoire d'une histoire particulière : un drame national, la guerre, et sa projection sur les destins individuels brisés des "enfants du pays".

Nul doute pourtant que, cent ans après l'armistice claironné au matin du 11 novembre 1918 sur un pays en ruine, dix ans après la mort du dernier poilu français, les discours embrasseront aussi les victimes de tous les conflits suivants.

Dans bien des communes en effet, comme à Sérifontaine, on a ajouté les noms des morts pour la France tout au long du 20ème siècle à celui de leurs aînés de 14-18.

Lire la suite...

dimanche 14 octobre 2018

64- Au bord de l'eau

cahier 78-79Magnifique exposition à Amécourt les 13 et 14 ocotbre, avec des tableaux, des photos anciennes et aussi un conférence de présentation érudite, par Jérôme Vrel, de son ouvrage sur les Moulins du bord de l'Epte publié par la SHGBE dans son numéro double 78-79.

L'occasion aussi de visiter une ferme magnifiquement restaurée au fil du temps, avec son moulin datant de l'époque post-révolutionnaire, quand après l'abolition du privilège des moulins des seigneurs a permis a presque tous les riverains d'installer ces petits moulins qui, durant un siècle et demi environ, allaient donner sa vocation à notre rivière.

Lire la suite...

jeudi 30 août 2018

63- Les Danois, leur reine et nous

Le président de la République, qui aime à disserter sur son pays dès qu'il en franchit les frontières, s'est exercé à distinguer les Danois, luthériens et flexibles, des Gaulois réfractaires au changement.

Tandis que chacun y allait de son commentaire, j'y ai trouvé l'occasion de passer en revue les témoignages du passage des Danois parmi nous.

le vexin danois

Lire la suite...

mercredi 22 août 2018

62 - Cérès, tradition locale ou légende savante ?

Il y a un sujet que je n'ai jusqu'ici jamais abordé, malgré quelques sollicitations : celui du nom de notre Commune. Il y a une explication qui revient souvent, et qui plait à bien des anciens sérifontainois : la fontaine de Cérès.

Deux lecteurs de ce blogs m'ont récemment communiqué de quoi examiner un peu cette piste, en essayant de ne pas trop m'égarer sur les autres hypothèses, car pour dire le vrai il y en a tant que cela me ferait déborder le cadre d'un billet sur ce blog.

D'abord la carte de l'élection de Gisors (consultable ici) contenue dans le magnifique Atlas de la généralité de Rouen datant de 1683 et dû au Sieur de La Motte, un des échevins de la ville de Harfleur. Elle fait spécifiquement mention non seulement de cette antique déesse, mais des restes d'un temple qui lui aurait été dédié !

l'Atlas de 1683

Lire la suite...

samedi 23 juin 2018

61 - le blason de Sérifontaine

Sérifontaine, qui existe depuis les débuts de l’histoire de France, n’avait pourtant pas de « blason ». En janvier 2015, j'avais déjà soulevé le sujet sur mon blog, expliqué les raisons de cette absence, et fait une suggestion, imparfaite d'ailleurs. Sans grand succès. Mais en janvier 2018 Julien Holderbaum, un jeune sérifontainois de fraiche date mais lecteur de mon blog, a écrit au Maire pour proposer lui aussi de créer un blason. Le Maire de Sérifontaine nous a chargés de faire une proposition au Conseil Municipal, ce que nous avons en juin, au cours d'une séance où notre projet a été accepté, et est donc devenu le blason officiel de notre commune.

Lire la suite...

lundi 8 janvier 2018

60 - Miracles ?

J'ai déjà évoqué ici sur ce que George Sand décrit comme « ces générations obscures qui passent sur la terre et n’y laissent point de traces ». Pour retrouver la trace de l'un de ces modestes destins, au bout de deux ou trois générations, il faut un fait divers, un vol, un crime ou ... un miracle !

Curieusement, si on m'a déjà interrogé sur des souterrains, des fantômes, des OVNI, des histoires de filiations inavouées et dont je n'entends pas m'occuper, aucun de mes lecteurs ne m'a jamais interrogé sur le point de savoir s'il y avait eu miracle chez nous.

le premier recueil de la Muze historiquePour retrouver la chose, il faut lire les gazettes de jadis. La Muse historique est une gazette écrite en vers, et fondée par un certain Jean Loret au commencement du règne de Louis XIV, durant la période agitée et révolutionnaire de la Fronde.

Pendant 15 ans, de 1650 à 1665, tous les faits remarquables, politiques, littéraires, tous les bruits de ville, toutes les nouvelles étrangères qui ont occupé les esprits ont laissé une trace grâce à ce Jean Loret. Et tout le monde (y compris le jeune roi) lisait sa Gazette.

Lire la suite...

mercredi 6 décembre 2017

59 - Johnny et nous

Au moment où disparait un géant de la culture populaire française, je veux rappeler une journée mémorable, dont j'ignore même la date !

Johnny

Lire la suite...

vendredi 3 novembre 2017

58 - Mourir à Sérifontaine

lamort à SérifontaineDepuis que l’on vit à Sérifontaine, on y meurt aussi. La mort procure à l'historien un gisement presqu'inépuisable de précieux renseignements mais elle procurait aussi, jadis, une source d’activité économique !

Ce sont bien les morts, seuls, qui nous apprennent que le site de Sérifontaine fut peuplé depuis la préhistoire : dans les premières années du 20ème siècle, des tombes néolithiques ont été découvertes près de l’ancien four à chaux. Le fermier de Champignolles, M. Foubert, contribua aux découvertes, qui attirèrent l'attention des paléontologues et préhistoriens sur le site.

notre plus ancienne tombe ?

Lire la suite...

samedi 22 juillet 2017

57 - Une course cycliste

Je publie la seconde partie du film venant de Victor Musnier. C'est moi qui ai, en réalité, séparé les deux séquences. Compte tenu des petits drapeaux tricolores ornant les maisons, il me semble très probable que cette seconde séquence ait été tournée le même jour, et que la course cycliste que nous pouvons voir huit décennies plus tard se soit déroulée dans l'après-midi du 14 juillet 1936, ou peu après.

Ce film me donne aussi l'occasion de parler d'une invention qui a radicalement changé la vie de nos anciens : la petite reine !

Lire la suite...

dimanche 18 juin 2017

56 - Sérifontaine, 14 juillet 1936

Le document que je publie ici est passionnant : un film datant de plus de 80 ans, montrant un jour de fête à Sérifontaine durant la période (assez courte) où Victor Musnier (1884-1957) fut maire de notre commune.

Je remercie M. Marc Ferri, ancien commissaire-priseur, qui conservait ce témoignage du temps de son grand-père, et tous ceux qui ont aidé à me le transmettre puis ... à le mettre en forme numérique convenable pour une mise en ligne!

Lire la suite...

samedi 6 mai 2017

55 - En 1419, la destruction de Sérifontaine

L'autre jour, quelques dizaines de bons jeunes gens pourtant érudits se sont tapés la tête dans les mains en se demandant : bon Dieu, c'est où, Gisors?. C'était à l'épreuve de spécialité "Histoire" du concours de l'École normale supérieure de Lyon, et on leur demandait de commenter le texte, conservé à la Bibliothèque nationale de France (Manuscrit 26 043 - 5419), par lequel le 11 septembre 1419, le capitaine de Gisors Lyonnet de Bournonville, et quelques députés élus par les bourgoiz, manans et habitants de ladite ville se rendaient aux mains du très excellent roy de France et d'Angleterre.

1415

Ceci m'a fait songer à écrire sur le drame de 1419, vieux de près de 600 ans et largement oublié, ne serait-ce que pour rappeler qu'il y avait eu des époques plus sombres que la nôtre...

Lire la suite...

samedi 29 avril 2017

54 - L'étoile de Jenny

L'histoire des Sérifontainois durant les heures sombres de la seconde guerre mondiale est encore enfouie dans la mémoire de nos anciens ou dans les traditions familiales. Elle git aussi dans des Archives qui deviennent progressivement communicables. Il me semble qu'elle gagnerait parfois à sortir de l'ombre, surtout quand elle peut apporter un rayon de lumière.

Connaître les opinions des Sérifontainois de cette époque, au-delà de souvenirs familiaux, n'est pas chose aisée si l'on cherche des traces dans les documents. Les petits faits, dont ne reste parfois qu'une mention policière ou judiciaire, permettent à la fois d'apporter un éclairage sur une époque et de sortir de l'oubli des anciens dont le nom a fatalement été enseveli sous le poids du temps.

illustration reconstituéeJe voudrais parler ici d'une inconnue, une des très rares personnes non juives à avoir défié les autorités en portant l'étoile jaune.

Lire la suite...

jeudi 13 avril 2017

53 - Pissarro, regards étrangers au bord de l'Epte

"Oui, nous sommes décidés pour Éragny-sur-Epte ; la maison est superbe et pas chère : mille francs, avec jardin et prés. C'est à deux heures de Paris, j'ai trouvé le pays autrement beau que Compiègne ; cependant il pleuvait encore ce jour-là à verse, mais voilà le printemps qui commence, les prairies sont vertes, les silhouettes fines."

C'est ainsi qu'au début de 1884, Camille Pissarro rapporte à un de ses fils son choix de s'installer à Eragny, dans la grosse maison dont il fera finalement l'acquisition en 1892 grâce à un prêt de son ami Claude Monet et qu'il ne quittera plus guère jusqu'à sa mort. Des mots simples qui peuvent émouvoir tous ceux qui, comme le peintre, ont un jour quitté la région parisienne pour s'installer dans une petite région superbe et pas chère.

Installation réussie: Je ne suis heureux que lorsque je suis à Eragny écrit-il au même fils deux ans plus tard.

Au-delà de ces mots, les centaines de tableaux et d'aquarelles que Pissarro va peindre sans jamais sortir d'un espace fort limité et centré sur son jardin sont pour nous passionnants à plus d'un titre.

S'il y a vraiment une excursion à offrir ce printemps aux habitants de nos bords de l'Epte et aux habitués de la 915, les plus jeunes comme les plus âgés, c'est d'aller revoir ce même paysage au Musée du Luxembourg à Paris.

une visite au Petit Luxembourg

Lire la suite...

vendredi 24 février 2017

52 - Le cheval (et sa petite famille)

le cheval à SérifontaineJe publie ici, pour mes lecteurs ne résidant pas à Sérifontaine, une version un peu enrichie de la page du Bulletin Municipal que j'ai consacrée à l'évocation du cheval dans notre commune.

Lire la suite...

mercredi 1 février 2017

51 - René Matagne

René MatagneLes Sérifontainois ont appris avec émotion le décès accidentel de René Matagne, ancien instituteur et créateur du Club de Handball de Serifontaine en 1999. Il avait transmis sa passion du Hand à sa classe de CM1 de l'école Jean Jaurès, qui fût ensuite la toute première équipe du club. Encore aujourd'hui, retraité, il continuait d'entraîner une équipe de jeunes dans sa région, près de Hénin-Beaumont.

Ses anciens élèves se souviennent de ses leçons d'histoire agrémentées d'anecdotes qui les rendaient passionnantes mais aussi des classes de neiges aux Gets dans le châlet "La Farandole".

dimanche 6 novembre 2016

50 - Il y a bien longtemps de cela, les Gaulois

Un propos démagogique récent voudrait que, si nous voulons être français, nos ancêtres devraient être gaulois.

On ne fait pas plus maladroit que l’usage polémique d’une vieille rengaine. La formule de l'historien Ernest Lavisse (1842-1922) n'en demandait pas tant :

LavisseIl y a dans le passé le plus lointain une poésie qu'il faut verser dans les jeunes âmes pour y fortifier le sentiment patriotique. Faisons-leur aimer nos ancêtres les Gaulois et les forêts des druides (...) tous nos héros du passé, même enveloppés de légendes car c'est un malheur que nos légendes s'oublient. Un pays comme la France ne peut vivre sans poésie.

Lire la suite...

lundi 26 septembre 2016

49 - Temps proche et plus lointain

Dix ans bientôt que le site de Saint-Victor (que la presse appelle KME et les sérifontainois "Tréfimétaux") a fermé et qu'en ces lieux jadis bruyants on n'entendait plus que le cours de l'Epte.

Plus un bruit

A l'occasion de son rachat par la Municipalité, l'Oise Hebdo a consacré un vrai petit cahier, deux doubles pages, à l'évocation de ce passé. J'ai bien sûr donné mon autorisation avec enthousiasme quand on m'a demandé si les données de mon site pouvaient être reproduites : c'est qu'elles ne sont pas à moi, Sérifontaine est bien, un patrimoine commun. L'Oise Hebdo a réalisé ici un travail d'une particulière qualité.

Lire la suite...

dimanche 14 février 2016

48 - La Vigne, un paysage disparu de Sérifontaine

L'une des premières choses que l'on lit, en arrivant par la route à Sérifontaine, est qu'il y a un « Quartier de la Vigne ». Pourtant nous sommes plutôt en pays de cidre, et depuis assez longtemps pour que la vigne ait totalement disparu de notre paysage. Mais ce quartier tient bien son nom d’une ancienne vigne locale, située comme on le voit sur la carte d'état major.

le fond de la vigne

Mais deux autres vignes ont dû exister jadis. On trouve ainsi sur le cadastre la vigne Laverine sur les pentes ensoleillées du fond de Marchanval. Une troisième semble avoir existé à l’entrée de Droittecourt en face de l’ancien débit de boisson !

Il y eut donc jadis du "vin de Sérifontaine" couvrant les usages locaux, messe et tables de fêtes.

Lire la suite...

dimanche 3 janvier 2016

47 - L'Epte, entre nature et industrie

J’ai déjà beaucoup écrit sur l’Epte, une frontière pas si naturelle mais persistante, et qui nous vaut aujourd'hui d'être dans la région de Lille et non dans celle de Rouen.

Au moment où la Municipalité envisage de traiter le problème du site de Saint-Victor j'ai pensé qu'il était bon de rappeler que l'Epte est d'abord notre rivière. Une rivière dont des cartes postales datant d'il y a un siècle rappellent qu'elle fut jadis bucolique même à Sérifontaine et même si les interventions humaines sur son cours sont anciennes parce que cette rivière qu'un poète médiéval qualifiait d'utile a souvent été porteuse de projets et d'identité pour notre commune.

Ce billet doit évidemment beaucoup aux savants travaux de Monsieur Jérôme Vrel, dont on peu voir par ailleurs la récente conférence sur Amécourt et Talmontiers, villages au bord de l'Epte.

paysage

Lire la suite...

samedi 28 novembre 2015

46 - Une maison de "parisien" ?

Tous les Sérifontainois ou presque la connaissent bien, la "maison du docteur", qui fut longtemps celle du docteur Claude Valet. Ne dit-on pas qu'il a accouché près de 600 habitants entre 1947 et 1984 ? J'ai évoqué cette figure marquante de notre histoire récente dans mon article "médecins et pharmaciens de Sérifontaine" sur le Bulletin Municipal de novembre 2015.

la maison du docteurIci, je voudrais parler de sa maison, au 53 de la rue Pierre-Eugène Boyer, l'une des plus belles sans doute, une maison bourgeoise comme on en trouve davantage à Gisons que chez nous. Qui l'a faite construire? Qu'a-t-elle de particulier ?

Depuis longtemps, un détail m'intriguait. Je l'avais signalé sur la page nos maisons : les initiales sur les grilles. Faites pour être "lues" depuis la maison et non depuis la rue, elles mêlent un E et un V.

Lire la suite...

samedi 10 octobre 2015

45 - Conférence de Jérôme Vrel

Une excellente initiative, la mise en ligne de la conférence de Jérôme Vrel lors des dernières journées du Patrimoine. Jee pense qu'elle intéressera les lecteurs de mon blog, et je la mets donc en ligne, en renouvelant mes remerciements à Jérôme Vrel pour l'aide qu'il ne m'a jamais comptée !

samedi 26 septembre 2015

44 - 1789, le voyage à Chaumont

J'ai profité des "Journées du Patrimoine" de dimanche dernier pour faire un petit voyage jusqu'à Chaumont, en pensant aux hommes de 1789. J'ignorais alors que 1789 allait faire l'objet, dans la même semaine, d'un jugement à l'emporte-pièce à la fois stupide et stupéfiant. Cela vaut le détour.

Il y a deux sortes d'imbéciles en matière d'Histoire de France. Ceux qui considèrent qu'elle s'arrête en 89, et ceux qui pensent qu'elle commence cette année-là. Raison de plus pour revenir tranquillement au destin de notre petit bourg, et se demander ce qu'y furent les débuts de la Révolution.

Sous l'ancien régime, la paroisse de Sérifontaine relevait du bailliage de Chaumont, institution dont le souvenir se maintient dans le nom de la belle maison du bailliage au pied de l'église Saint-Jean.

la maison du bailliage vers 1900

Les événements du début de la révolution française sont pour ainsi dire les derniers pour lesquels notre histoire soit liée à l'antique Vexin avant que la révolution nous rattache au Coudray puis à Beauvais.

Lire la suite...

mardi 21 juillet 2015

43 - Quand le passé part avec la fumée...

la cheminéeIl y a un an le groupe MSD avait cédé la cession du site industriel Merck-Organon d’Eragny-sur-Epte (qui emploie 76 salariés) à l’américain Amphastar. Il se dit, entre Sérifontaine et Gisors, que l'actuel propriétaire mettrait la torpeur de l’été à profit pour abattre la vieille cheminée de l’usine Saint-Charles. Ou la remplir de béton, ce qui serait un moindre mal.

Sans doute ce que l’on dit des arbres est-il vrai du passé, qu’il ne monte pas jusqu’au ciel. Je ne sais si cette cheminée menace ruine (la chaussette que l'on distingue bien en cliquant sur la photo ci-dessus le laisse penser), ou si elle gêne l’occupant. Sa destruction étonnera le passant régulier, dont sa silhouette rythmait le voyage quotidien.

depuis la route

Elle fera plus mal aux anciens du site, car c’est finalement un bout de leur mémoire que l’on détruit, parce que l’on n’y attache finalement aucune valeur. Alors que nul ne sait bien non plus quelle forme de conservation on réservera à l’usine Saint-Victor de Sérifontaine…

Lire la suite...

dimanche 19 juillet 2015

42 - Le Mosquito de Flavacourt

Parmi les avions tombés autour de Sérifontiane, le Mosquito tint longtemps un e place à part. Car nul ne l'avait retrouvé. C'est chose faite. le Mosquito

Le 20 septembre 1944, un Mosquito appartenant au 409ème escadron des éperviers de nuit (Nighthawks) de la Royal Canadian Air Force canadiens percute le sol près de la ferme de la Loge à la limite entre Flavacourt et Sérifontaine.

Il s'agissait d'un Mosquito de type NF.XIII, chasseur de nuit, développé par Haviland à partir de la base du bombardier B.IV de 1942, mais dont les 4 mitraillettes étaient remplacées par le radar AI MK 8. Celui-ci ne fut pas victime de la DCA allemande, et en vol de reconnaissance sa légèreté et sa vitesse lui aurait permis d'échapper facilement à ses poursuivants. C'est plus banalement un épais brouillard qui fut responsable de l'accident.

L'unique passager de ce vol qui avait comme mission la reconnaissance pour retrouver d'autres équipages abattus, fut Massey Willimason Beveridge, âgé de 28 ans et originaire de Westmount au Québec. Il est enterré au cimetière de Flavacourt, où sa tombe est fleurie. Une rue de Flavacpourt perpétue la mémoire du Colonel Beveridge.

Quant à l'autre avions mentionné dans l'article, il était tombé dans la nuit du 7 juin 1944. C'était un bombardier lourd de type Halifax III avec 7 hommes à bord est abattu au dessus de la Croix-blanche, à Favacourt. Il y a eu six rescappés mais le sergent canadien Frederick William Layton, âgé de 20 ans, mourut dans le crash. L’épave sera recherchée durant 15 ans et finalement retrouvée par Maurice Allard au lieu-dit la Croix blanche.

jeudi 9 juillet 2015

41- Le temps du Cuivre

Poursuivant une série d'études sur nos défuntes industries, j'ai publié dans le Bulletin Municipal un article qui fait écho au précédent consacré à la fusion de Tréfimétaux et Péchiney. Les "malheurs" de notre industrie ne datent pas d'hier, mais ils ont souvent en commun de prendre leur source dans des décisions prises au loin, c'est à dire à Paris !

une histoire de cuivre

samedi 2 mai 2015

40 - Comment Tréfimétaux fusionna avec Pechiney

Pendant longtemps, après la dernière guerre, la rationalisation du marché national du cuivre et de l'aluminium, au demeurant largement protégé jusqu'au Traité de Rome de 1957 par des barrières douanières et des monopoles de fait, se faisait par le jeu d'ententes diverses. En 1956 l'entente dite « C III » organisait la transformation du cuivre entre la Cegedur, les Tréfileries du Havre et la Compagnie Française des Métaux. Mais ces deux dernières sociétés, refusant de tomber dans l'escarcelle de Péchiney, refusèrent en 1960 de signer l'entente dite « A 4 » concernant l'aluminium.

La société Tréfimétaux est constituée, en 1962, directement contre la Cegedur, par la fusion entre les sociétés Compagnie Française des Métaux et Tréfileries et Laminoirs du Havre (créée en 1907). A Sérifontaine, on ne parlera plus de CFM mais de "Tréfimétaux". Le nom ( qui finalement ne servira pas longtemps légalement) y reste présent dans les mémoires, bien après l'absorption par Péchiney

Le nouveau Président, Georges Desbrières, ne cachait pas alors ses ambitions et sa stratégie offensive : « l’union totale que nous allons vous proposer d’approuver donnera naissance à un ensemble qui sera le plus important producteur de demi-produits, en cuivre et en aluminium, de la Communauté Economique Européenne (…) elle confèrera une puissance industrielle, commerciale et financière qui lui assurera, il est permis de l'espérer, un avenir prometteur». De cet avenir, il semble que les actionnaires tarderont à palper les dividendes, car les titres « Tréfimétaux » que l’on trouve dans les brocantes ont gardé tous leurs coupons attachés…

un titre Tréfimétaux

Lire la suite...

samedi 7 mars 2015

39 - L'inventaire du château

Dans un guide touristique de 1857 on pouvait lire : Céréfontaine a un château splendide au dehors, mais actuellement d'une nudité déplorable à l'intérieur.

avant destruction

Lire la suite...

dimanche 11 janvier 2015

38 - Sérifontaine, ses blasons, ses symboles

En quelques semaines, on m'a posé deux questions qui se rejoignent un peu : existe-t-il des "armoiries" de Sérifontaine ? et que penser du logo actuel de la commune ? C'est moi, évidemment, qui fait le lien entre les deux questions, mais toutes deux concernent bien le patrimoine symbolique de notre commune.

Sans refaire toute l'histoire du blason et de l'héraldique, rappelons que celle-ci naît au 11ème siècle sur les champs de bataille, pour distinguer les combattants. Elle est donc à l'origine le propre des familles de la chevalerie. De là, le blason passe à la noblesse (adoubée ou non) et devient héréditaire.

Fouilleuse de FlavacourtRappelons aussi, cela va être utile, qu'une famille même noble peut avoir un patronyme et/ou un toponyme. Par exemple, chez nous, la famille Fouilleuse de Flavacourt. Le blason de la famille Fouilleuse n'est pas obligatoirement celui du village de Flavacourt, d'autant qu'un village, comme on va le voir, n'a pas vraiment à posséder d'armoiries.

Lire la suite...

- page 1 de 3